Notions de systématique

Amaryllidaceae
juin 2005
Population
Les plantes ne sont pas réparties de manière continue sur toute leur aire de répartition mais se rencontrent en groupes plus ou moins distants les uns des autres. Les pollinisateurs ayant un rayon d'action limité, l'isolement géographique conduit à un relatif isolement reproducteur.
La population est l'ensemble des individus constituant une communauté de reproduction. Ces individus sont souvent fort variables. [Exemple en photos : variabilité des tépales dans une population de Narcisse des poètes.]
Cet isolement génétique des populations est à l'origine de différences entre elles, liées à l'histoire de la fondation de chaque population puis aux pressions sélectives particulières à l'environnement en chaque lieu. Ces différences vont de la simple variation de la fréquence des gènes jusqu'à des variantes morphologiques évidentes.
Taxon
Tout ensemble nommé de la classification, quelque soit son rang (variété, espèce, Genre, Tribu, Famille, Ordre...).
Un taxon monophylétique est un ensemble composé de tous les organismes descendant d'un même ancêtre.
Espèce
L'espèce est schématiquement l'ensemble des populations interfécondes ou (notamment pour les populations apomictiques ou de ploïdie distincte) présentant une gamme continue dans les variations de ses caractéristiques.
L'espèce est toujours nommée en faisant précéder son nom du Genre auquel elle appartient. Exemple : Narcissus poeticus. [Voir aussi : écriture des noms.]
La famille des Amaryllidaceae présente plusieurs genres où l'hybridation naturelle entre des formes par ailleurs très caractérisées a conduit à la naissance de nombreuses espèces hybrides (Narcissus, Lycoris). Les membres du genre Hippeastrum semblent même conduire aux limites de la notion d'espèce.
Anciennement conçue comme l'unité de base du monde vivant, l'espèce continue son hégémonie obsédante dans nos esprits, alors que chaque individu est différent, que chaque population est un patrimoine distinct à préserver et que les autres rangs ne déméritent pas.
Le concept d'espèce ne doit pas être compris comme un absolu, comme un inébranlable cloisonnement des être vivants, conception qui persiste cependant de l'époque de Linné, avant la prise de conscience de l'évolution et donc d'une continuité des formes.
La définition claire de l'espèce est aujourd'hui rendue difficile par la persistance inconsciente de la conception ancienne de l'espèce et la tentative d'identifier la réalité à ce concept en désaccord.
L'espèce est un "concept pratique" et la délimitation des espèces résulte d'un compromis subjectif mais raisonnable, comme pour tous les rangs de la classification.
Genre
Le genre regroupe les espèces les plus étroitement apparentées. Si le genre semble composé de plusieurs séries, on peut utiliser les sous-genres.
Les genres donnent souvent l'impression, d'être caractérisés par une forme, alors que les espèces se distinguent dans les proportions. Ainsi, les yeux inexpérimentés du néophyte savent vite les reconnaitre. Exemple : Les narcisses ont tous une couronne mais plus ou moins grande selon l'espèce.
Tribu
La tribu est un regroupement de Genres très étroitement apparentés.
Le nom de chaque tribu et des taxons de rangs supérieurs est basé sur le nom d'un genre inclus dans ce taxon. La terminaison des noms de tribu est en "eae".
Ce niveau taxonomique est important pour appréhender les relations au sein de la famille Amaryllidaceae. [Voir : arbre des tribus.]
Exemple : la tribu Amaryllideae comprend Amaryllis, Nerine, Crinum et genres voisins. Ils ont tous pour points communs des fibres élastiques dans les feuilles et un pollen monosulqué, caractères absents des autres tribus.
Sous-famille
Taxon de niveau intermédiaire entre la famille et la tribu (ou le genre).
La terminaison des noms de sous-famille est en "oideae", exemple : Amaryllidoideae.
Ce rang taxonomique n'est pas utilisé dans l'actuelle famille Amaryllidaceae. Il le sera de nouveau en cas de réunion avec les proches familles Alliacées et Agapanthacées.
Famille
La famille est un regroupement de sous-familles/tribus/genres ayant une parenté commune. Ce niveau de la classification est le plus utilisé (hormis genre et espèce) et est facile à appréhender par le néophyte.
La terminaison des noms de famille est en "aceae" ("acées" en français : féminin pluriel).
Les traits communs à la famille Amaryllidaceae (en plus de ceux partagés avec les groupes voisins) sont : un ovaire infère et la toxicité par présence d'alcaloïdes dérivés de la Norbelladine.
La famille Amaryllidaceae a pour plus proches voisines les Agapanthaceae et les Alliaceae, caractérisées par un port semblable avec feuilles toutes basales et inflorescence en (fausse) ombelle.
Ordre
L'ordre est un vaste regroupement de familles apparentées.
La terminaison des noms d'Ordre est en "ales", exemple : Amaryllidales est un synonyme de Asparagales.
Amaryllidaceae et les familles voisines telles les Iridaceae et les Asparagaceae forment l'ordre des Asparagales, ordre récemment issu de la division justifiée des Liliales (où restent lis, colchiques, alstroemères, etc.). Parmi les caractères distinguant les Asparagales se trouvent les graines à phytomélanine (graines souvent noires, jamais chez les Liliales).