Plantes toxiques

Amaryllidaceae
18 septembre 2004

Les Amaryllidaceae (sous-familles Amaryllidoideae et Agapanthoideae) ont été dotées par l'évolution de diverses défenses chimiques contre les herbivores et les insectes: alcaloïdes, lectines...

Cette toxicité est à l'origine du nom de certaines espèces. Ainsi le Boophone disticha doit ses noms vernaculaires " gifbol " (bulbe poison) et " Cape poison bulb " à sa légendaire toxicité. Son nom latin lui même signifie tueur de bétail (bous, phonos). Naturellement, les humains sont aussi au rang des victimes (1) suite à des usages médicinaux et rituels, notamment.

Certes la toxicité n'est pas la même pour toutes les espèces de la famille.

De même, la toxicité n'est pas ressenti de la même façon par tous les animaux : Quelques d'espèces de papillons et de mouches ont développés une résistance vis-à-vis de ces poisons et leurs larves font des ravages.

Dans les régions semi-désertiques, les herbivores se sont adaptés aux plantes du lieu, souvent toxiques.

Zephyranthes atamasco, ou une espèce semblable, aurait été consommée en temps de disette par les indiens d'Amérique (famine foods).

Cela ne doit pas faire oublier que ces plantes sont hautement toxiques pour l'homme !

Toutes les Amaryllidaceae sont toxiques !

(Sauf bien entendu les espèces indiquées à tort comme amaryllidacées telles que Allium, Agave, Bomarea, etc.)


De nombreuses pages web rappellent la toxicité de ces plantes qui nous sont pourtant devenues si familières :

Sous-famille Amaryllidoideae

Amaryllis belladonna
Boophone
Ammocharis
Crinum
Haemanthus
Scadoxus
Clivia miniata
Cyrtanthus
Lycoris
Galanthus
Narcissus
Zephyranthes
Hippeastrum
Hymenocallis

Sous-famille Agapanthoideae

Agapanthus

Bibliographie*

Boophone

Narcissus