Amaryllidaceae Lycoris 2003

  Etymologie et jeu de mots
Lycoris signifierait "crépuscule" (à comparer au prénom Aurore)

On a parfois supposé que le choix du prénom Lycoris pour Cytheris était lié à sa ressemblance phonétique avec Lycos (loup) et au double sens de l'équivalent latin lupa.

Le nom Lycoris a d'ailleurs été donné à une chienne (lice) par La Fontaine (1621-1695) : Adonis
...
Deux lices d'Antenor, Lycoris et Niphale,
Veulent qu'aux yeux de tous leur ardeur se signale. ...

  Les origines
Caius Cornélius Gallus (v. 68-26 av. J.C.) : Amores (quatre livres d'élégies aujourd'hui perdus)
    Poète ami de Virgile. Partisan d'Octave, il combat à ses côtés en Afrique contre Antoine. Dans ses Amores Gallus chantait Lycoris. On identifie celle ci à la mime Cytherea (son nom de théâtre qui évoque Cythère, l'île d'Aphrodite, ce qui en dit long !), courtisane, également connue sous le nom de Volumnia (affranchie d'un certain Volumnius). Elle fut la maîtresse d'Antoine en 49 av. JC, ensuite celle de Brutus en - 46, puis (- 44 ou - 43) celle du poète Gallus avant de suivre un officier des armées de Germanie. On perd sa trace en - 38. Quant à Gallus, il obtient le poste de premier gouverneur d'Égypte (- 30). Tombé en disgrâce, il a préféré se suicider pour éviter une condamnation infamante. * *
Virgile (70-19 av. J.C.) : Les bucoliques, X. (texte latin: .txt ; traduction française : http://www.julesferry.com/biblio/virgilebucoliques.pdf)
    Permets-moi, Aréthuse, ce dernier effort.
    Je dois écrire quelques vers pour mon Gallus mais des vers dignes d'être lus par Lycoris elle-même :
    qui refuserait des vers à Gallus ?
    ...
    Gallus, quelle est cette folie? dit-il, Lycoris, ton cher souci,
    en a suivi un autre à travers les neiges et les camps hérissés.
    ...
    Mais lui, plein de tristesse : " Vous chanterez pourtant, Arcadiens,
    mon infortune à vos montagnes, vous, Arcadiens, qui seuls savez chanter.
    Oh ! que doucement reposeraient alors mes os,
    si jamais votre flûte chantait mes amours !
    ...
    Ici sont de fraîches fontaines, ici de molles prairies, Lycoris,
    ici un bocage : ici avec toi je consumerais mes jours.
    ...
    Loin de la patrie (puissé-je ne pas le croire!)
    ah! cruelle que tu es, tu vois seule et sans moi, les neiges des Alpes et les frimas du Rhin!
    Ah ! puissent ces frimas ne point te faire de mal!
    puissent les âpres glaçons ne point couper tes pieds délicats!
    ...
Ovide (v. - 43 à + 17) : les Amours, livre I. (en latin : livre 1, XV - en français : livre 1)
    Tant que le feu et l'arc seront les armes de Cupidon,
    on apprendra tes vers, élégant Tibulle ;
    Gallus sera connu des peuples du couchant, des peuples de l'Orient,
    et, en même temps que lui sera connue sa chère Lycoris.
    Ainsi, le temps use les rochers, use le soc de la dure charrue ;
    mais les vers échappent à la mort.
    Art de l'amour

    Vesper et Eoae nouere Lycorida terrae (III, 537)
    "L'Occident et les terres de l'Orient connaissent Lycoris."
Martial : livre VI. 40
    Femina praeferri potuit tibi nulla, Lycori:
    Praeferri Glycerae femina nulla potest.
Horace : Livre 1, Ode 33

  Suites littéraires
Petrus Blesensis (v.1135-v.1204) : Olim sudor Herculis. (Carmina Burana - Carmina amatoria [v.1230]) *
    Dulces nodos Veneris
    et carceris
    blandi seras resero,
    de cetero
    ad alia
    dum traducor studia.
    o Lycori, valeas
    et voveas,
    quod vovi:
    ab amore spiritum
    sollicitum
    removi.
    Je desserre les doux nœuds de Vénus
    et les écrous
    de l'aimable geôle,
    pour le reste
    adressant mes efforts
    ailleurs.
    Ô Lycoris, adieu,
    et voue-toi
    à ce qui fait ma dévotion :
    de l'amour
    j'ai éloigné
    mon esprit troublé.
Giovanni Cotta (1480-1510) : Ad Lycorim (Carmina V-VIII)
    Amo, quod fateor, meam Lycorim,
    Ut pulchras iuvenes amant puellas.
    Amat me mea, quod reor, Lycoris,
    Ut bonae iuvenes amant puellae.
    ...
Pierre Bayle (1647-1706) : Dictionnaire - article Lycoris pages 105-107 (.jpg : 600Ko, 637Ko, 517Ko)

Jean-Philippe Rameau, livret de Pierre-Joseph Gentil-Bernard : Anacréon (ballet) (1757) *
    Anacréon aime Lycoris. Il aime aussi le vin ; il l'aime tellement qu'il en vient à oublier sa bien-aimée. Alors qu'il s'est assoupi après une beuverie, un orage le réveille, et l'Amour, mouillé et transi, vient lui dire que Lycoris se meurt. Anacréon comprend alors que le vin seul ne peut remplir sa vie, il y a les sentiments aussi. Honteux d'avoir ainsi délaissé Lycoris, il en appelle à Bacchus et lui demande de régner en paix avec l'Amour.
Léopold-Bastien Désormerie (v.1740 -v.1810) : Myrtil et Lycoris (Opéra) (1777)

André Chénier (1762-1794) : A immortalisé un amour de jeunesse sous le nom Lycoris.
    Ah ! je les reconnais, et mon coeur se réveille
    ...
    J'étais seul, je mourais. Seul, Lycoris absente
    De soupçons inquiets m'agite et me tourmente.
    Je vois tous ses appas, et je vois mes dangers ;
    Ah ! je la vois livrée à des bras étrangers.
    ...

    Souvent le malheureux songe à quitter la vie
    ...
    Ingrate Lycoris ! à feindre accoutumée,
    Avez-vous pu trahir qui vous a tant aimée ?
    Avez-vous pu trouver un passe-temps si doux
    A déchirer un coeur qui n'adorait que vous ?
    Amis, pardonnez-lui ; que jamais vos injures
    N'osent lui reprocher ma mort et ses parjures :
    Je ne veux point pour moi que son coeur soit blessé,
    Ni que pour l'outrager mon nom soit prononcé.
    ...
    Pourtant... Ô Lycoris ! ô trop funeste amante !
    Si tu l'avais voulu, Gallus, plein de sa foi,
    Avec toi voulait vivre et mourir avec toi.
William Wordsworth : Ode to Lycoris [1817]

Victor Hugo (1802-1885) :
    Interruption à une lecture de Platon

    Je lisais Platon. - J'ouvris
    La porte de ma retraite,
    Et j'aperçus Lycoris,
    C'est-à-dire Turlurette.

    Je n'avais pas dit encor
    Un seul mot à cette belle.
    Sous un vague plafond d'or
    Mes rêves battaient de l'aile.

    La belle, en jupon gris-clair,
    Montait l'escalier sonore;
    Ses frais yeux bleus avaient l'air
    De revenir de l'aurore.

    Elle chantait un couplet
    D'une chanson de la rue
    Qui dans sa bouche semblait
    Une lumière apparue.
    Son front éclipsa Platon.
    Ô front céleste et frivole!
    Un ruban sous son menton
    Rattachait son auréole.

    Elle avait l'accent qui plaît,
    Un foulard pour cachemire,
    Dans sa main son pot au lait,
    Des flammes dans son sourire.

    Et je lui dis (le Phédon
    Donne tant de hardiesse!):
    - Mademoiselle, pardon,
    Ne seriez-vous pas déesse?
    Les Contemplations. Réponse à un acte d'accusation - suite [1855]

    Car le mot, qu'on le sache, est un être vivant.
    ...
    Le mot fait vibrer tout au fond de nos esprits.
    Il remue, un disant: Béatrix, Lycoris,
    Dante au Campo-Santo, Virgile au Pausilippe.
    De l'océan pensée il est le noir polype.
    Quand un livre jaillit d'Eschyle ou de Manou,
    Quand saint Jean à Patmos écrit sur son genou,
    0n voit, parmi leurs vers pleins d'hydres et de stryges,
    Des mots monstres ramper dans ces oeuvres prodiges.
    N'envions rien
    ...
    Qu'est-ce, hélas ! que le génie
    Et la beauté ?
    Fleur pure, alouette agile,
    A vous le prix !
    Toi, tu dépasse Virgile ;
    Toi, Lycoris ! ...
Auguste Vacquerie [27 mars 1857] Publié avec la 2e édition des Odes funambulesques de Banville.
    ...
    Derrière la strophe où tu ris
    De mêler l'ortie aux pervenches,
    On voit, en écartant les branches,
    Régnier embrasser Lycoris.
    ...
Stéphane Mallarmé : Rève antique [1859]
    Elle est dans l'atrium la blonde Lycoris
    Sous un flot parfumé mollement renversée.
    Comme un saule jauni s'épand sous la rosée,
    Ses cheveux sur son sein pleuvent longs et fleuris.
    ...
    Elle est dans l'atrium la blonde Lycoris
    Sous un flot parfumé mollement renversée
    Comme ton arc d'argent, Diane aux forêts lancée,
    Se détend son beau corps sous ses amants choisis.
Albert Glatigny (1839-1873) : Les Folies-Marigny : Prologue (théâtre) [1872]
    Ah ! que Lycoris s'en aille
    Avec Gallus dans les bois
    Chercher la fleur qui tressaille
    Au contact des petits doigts ;
  Une fleur nommée Lycoris
Pourquoi Herbert a t-il appelé Lycoris la fleur d'équinoxe des Japonais ? Je ne sais. Il ne l'explique pas en 1821 dans "An appendix". Peut-être en parlait t-il dans le "Botanical Magazine" (47: 5, sub pl. 2113.) où il a initialement utilisé le nom en 1820.
On pourrait malicieusement faire remarquer que le nom d'une courtisane convient assez bien à une belle également appelée 'naked lady'.
Le mystère demeure.
Lycoris radiata est parfois mentionnée sous le nom de Radix lycoridis. Est-ce un nom pré-linnéen, Herbert aurait alors transformé le nom spécifique en nom de genre. Ou cela a t-il été un nom "latin" de la pharmacopée chinoise, comme aujourd'hui Bulbus Lycoridis Radiatae ?