Les herbivores

Amaryllidaceae
06 octobre 2004

Pancratium sickenbergeri et les gazelles du Néguev

Dans le Néguev, le "lis du désert", Pancratium sickenbergeri, est soumis à la consommation par les Gazella dorcas et sert de modèle d'étude (cf. biblio). Les gazelles tirent leur nourriture de la plante durant les trois phases de son cycle (floraison automnale, végétation hivernale et repos souterrain estival). Ce comportement des gazelles semble l'aboutissement d'une longue cohabitation.

Durant la floraison la consommation est telle que seulement une fleur sur 10 000 donne des graines. Durant la végétation les gazelles broutent l'extrémité des feuilles, dépourvue d'oxalate de calcium. (A noter que la consommation de l'apex des feuilles n'entrave pas leur croissance, celle-ci se faisant grâce à un méristème basal.) Durant l'été les gazelles déterrent et consomment les bulbes.

Les populations denses du Pancratium sont très attractives pour les gazelles et la consommation de la plante est très importante (sauf dans le canyon Neqarot à cause, semble t-il, de la présence d'un léopard !) Cette situation est potentiellement une importante force sélective pour l'évolution des défenses des plantes. Ici, la réponse de la plante combine "défense" (cristaux d'oxalate de calcium, profondeur du bulbe) et "tolérance" (capacité de repousse).

Certaines populations denses des dunes sont si exploitées par les gazelles qu'elles ne doivent leur persistance qu'à un apport continuel de graines. En effet, certaines autres populations de plantes éparses sont épargnées des gazelles. Hors, les graines de cette espèce sont adaptées au transport par le vent, qui les pousse vers les dunes. (On a là un phénomène de "source" et de "puits".)

Pancratium maximun et les babouins au Yémen

Au Yémen Pancratium maximun sert de nourriture aux babouins dans les vallées. Le nom vernaculaire de la plante signifie "oignon de babouin".

Les lézards et le pollen de Pancratium maritimum

Des observations ont révélé que le lézard Podarcis lilfordi consomme le pollen de plusieurs plantes aux Baléares. Il transporte ainsi le pollen de P. maritimum !

Hippeastrum 'Red Cochuna' et les cochons

Dans le nord-ouest de l'Argentine, une station de l'Hippeastrum sp. connu sous le nom de 'Red Cochuna' a été trouvée dévastée par des cochons errants.
"The worst threat to it comes from free-roaming pigs that eat the bulbs. We found many holes where the bulbs originaly were, but we only obtained one clump of un-eaten bulbs. Comparing this clump with the undreds of holes dug by the pigs indicates that the species will be wiped from the area."