Worsleya

Amaryllidaceae
Tribu : Griffinieae
2008
Nomenclature, origine, sur le web, culture, fournisseurs, bibliographie
Philatélie
Curtis t.5883

Worsleya (W. Watson ex Traub) Traub

Publication : 1944. Herbertia 10(1943): 89.

Type : W. procera (Lemaire) Traub

Nom dédié à : Arthington Worsley (1861-1943) qui redécouvrit la plante et l'étudia dans son milieu.

Espèce : 1.

Duchartre a d'abord publié l'espèce sous le nom Amaryllis gigantea. Ce nom étant déjà utilisé pour une autre espèce, il la re-publia la même année 1863 sous le nom A. procera. (On ne découvrira que bien plus tard que ce nom également était déjà utilisé et que cette publication était donc également "illégitime".)

L'année suivante Lemaire place l'espèce dans le genre plus approprié Hippeastrum, sous le nom H. procerum.

En 1944 Traub créé le nouveau genre Worsleya et y transfère Amaryllis procera. (Traub estimait que le nom correct des Hippeastrum était Amaryllis). Le nom de l'espèce est alors W. procera (Duchartre) Traub 1944.

Ce n'est qu'en 1949 que Traub et Moldenke réalisent que l'épithète procera de Duchartre est illégitime, et avec elle tous les noms dérivés de ce basionyme. Ils utilisent alors l'épithète rayneri publiée par Hooker pour former le nouveau nom Worsleya rayneri. C'est sous ce nom que l'espèce sera alors connue...

En 1998 le fameux spécialiste de la nomenclature David J. Mabberley corrige à nouveau le nom ! En l'occurrence il faut considérer Hippeastrum procerum Lemaire comme un nomen novum [et l'écrire H. procerum Lemaire, non pas H. procerum (Duchartre) Lemaire]. Ce nom est donc valide. Comme ce synonyme, listé par Traub, est basé sur la même plante que W. procera (Duch.) Traub il peut servir de basionyme au nom de l'espèce qui devient W. procera (Lemaire) Traub 1944.

Noms communs - Brésil : Rabo-de-galo (queue de coq : évoquée par les feuilles en faucille), Imperatriz-do-Brasil, Amarilis-azul. - Anglais : Blue Amaryllis, Empress of Brazil.

Description succincte

Bulbe placé superficiellement sur le sol, prolongé d'un long col. Celui-ci est surmonté de feuilles en lanières arquées en faucille et toutes orientées selon la pente du terrain en une gerbe évoquant les plumes de queue d'un coq. Bords des feuilles plus ou moins soulignés de bordeaux pourpre. En fin d'été, hampe florale courte portant jusqu'à 6 fleurs de 15 cm. Périanthe bleu lilas à gorge claire ponctuée de brun pourpre. Produit rarement des graines, en culture comme en milieu naturel.

Origine

Endémique Brésilienne limitée aux Monts Organs, près de Pétropolis, Etat de Rio de Janeiro.

Espèce menacée

Menacée du fait de sa faible extension géographique et de la pression humaine (déboisement, urbanisation). Voir Moraes & Martinelli 2007.

Sur le WEB


Worsleya et son milieu naturel
Worsleya en culture

Culture

Difficile (90% des tentatives de culture aboutiraient à la pourriture du bulbe.)

Sol très bien drainé (à adapter au climat et conditions de culture), atmosphère humide, soleil (ombre légère dans le sud).

Fournisseurs (+)

Plante introuvable, disponibilité exceptionnelle. Voir la mailling-list !

Bibliographie*