Mathieua

Amaryllidaceae
Tribu : Stenomesseae
26 décembre 2007

Une étoile filante : tel fut le genre Mathieua. On pourrait croire qu'il n'a pas existé si, lors de sa découverte il y a 150 ans, il n'avait pas été cultivé en Europe, décrit et aussitôt publié comme nouvelle espèce.

Il n'en reste qu'un échantillon d'herbier. Espèce éteinte, à moins d'une redécouverte tardive, comme ce fut le cas pour le Plagiolirion.

Mathieua Klotzsch

Publication : Allgemeine Gartenzeitung, 21: 337. 1853. [www.botanicus.org/page/1253964, 1253965]

Nom dédié à : Mathieu L. qui fit fleurir la plante en Europe.

Espèce : 1

NB : Le même nom spécifique sera utilisé quelques années plus tard pour une autre espèce (Pancratium galanthoides = Eucharis galanthoides Linden, tous deux nomen nudum). Il en résultera une confusion et une mise en synonymie injustifié, avec citation sous la forme erronée : Eucharis galanthoides (Klotzsch) Linden, 1862 = Urceolina galanthoides (Klotzsch ) Traub, Plant Life 27: 59. 1971.

Histoire

La plante fut envoyée par Warcewicz de Payta (Paita, province de Piura, Pérou) sans indication de localité de provenance. Reçue en janvier 1853 elle fut cultivée par L. Mathieu et fleurit en octobre. Sa description fut aussitôt publiée par Klotzsch (22 octobre 1853).

Un échantillon d'herbier unique et fragmentaire existe, l'holotype, à Berlin (Warcewicz s.n. B).

Actuellement l'espèce est inconnue dans la nature comme en culture et est donc considérée comme éteinte. ( IUCN catégorie "extinct" ).

L'espèce avait d'abord été considérée comme alliée à Eucharis. Mais sur la base de la publication de Klotzsch (description de l'ovaire et morphologie de l'ovule) elle a été replacée dans les Stenomesseae (Meerow 1987)

Sur le WEB

Bibliographie*