Paramongaia

Amaryllidaceae
Tribu : Clinantheae
25 janvier 2008
Nomenclature, origine, sur le web, culture, fournisseurs, bibliographie

Cette Péruvienne a une allure de grand narcisse jaune et parfumé. Ses fleurs parmi les plus grandes de la famille en font une des Amaryllidaceae les plus remarquables.

Elle est très proche du genre Pamianthe mais s'en distingue nettement par son écologie et son cycle saisonnier.

Sa culture, très différente de celle du Pamianthe, n'en est pas moins très délicate.

Paramongaia Velarde

Publication : Lilloa 17: 489. 30 Dec 1948 ("1949")

Type : P. weberbaueri Velarde

Dérivation : Paramonga, ville et région où l'espèce fut initialement découverte.

Espèce : 1.

Nom vernaculaire : Cojomaria

Origine

Pérou, versant Ouest des Andes, surtout en moyenne altitude (6 populations vers 2400-3000m, dept. Ancach)

Signalé aussi à basse altitude (100m, dept. Ancach), en région côtière (dept. Lima ?), ainsi qu'en Bolivie sous le nom P. superba (dept. La Paz).

Observé dans des pentes sur éboulis rocheux en milieux saisonnièrement arides.

Bulbe de 6,5 cm de diamètre, globuleux sans col.
Cinq à sept feuilles jusqu'à 60-75 cm de long et 5 de large, glauques, distiques, dressées.
Hampe de 50-60 cm portant une fleur solitaire, exceptionnellement deux.
Fleur parfumée jaune souffre de 15 à 22 cm de diamètre avec un tube de 10 cm et des segments de 8 x 3,5 cm. Couronne staminale, lobée, de 8 cm de long, évasée, de 2 cm de diamètre à la base et 7 cm à l'ouverture. La partie libre des filets des étamines se détache à 1-2 cm sous la marge de la couronne. Les étamines ne dépassent pas de la couronne. Style de 19 cm à stigma discrètement trilobé dépassant de la couronne.
Capsule contenant de nombreuses graines plates de 0,9 x 1,2 cm.

La population Bolivienne a été décrite comme espèce distincte (P. superba) sur la base de feuilles plus courtes et étroites, de fleurs sub-érigées, de tépales plus larges, de style plus long... Le consensus semble être de la traiter comme simple variante de la même espèce.

En culture la population Péruvienne montagnarde fleuri plus tard que la population côtière : décembre au lieu de mi-oct. à mi-nov. (hémisphère nord) et avant complet développement du feuillage (Pl. Life 29:97). L'espèce semble donc variable.

La plante a été trouvée en fleur dans les montagnes Péruviennes (hémisphère sud), en janvier 1965 (Pl. Life 29:93). De même la date de collecte du type de P. superba en Bolivie est 29 janvier 1980 (Pl. Life 38:55). La plante a donc une floraison et un développement estival dans son milieu naturel.

Sur le WEB

P. weberbaueri

Culture

Tous les cultivateurs s'entendent pour dire que la plante est difficile à cultiver et qu'une longue période de dormance sans arrosage doit être respectée, sinon le bulbe pourri. Par contre la date de ce repos oppose deux groupes de cultivateurs pour qui la plante est soit winter grower soit summer grower ! (elle est originaire d'une latitude proche de l'équateur...) Dans certaines conditions de culture elle pousse spontanément dès l'automne (octobre-novembre dans l'hémisphère nord) et fane au printemps (février-mars) tandis que chez d'autres elle pousse au printemps (mars) et fane en automne (octobre). La période végétative est de durée variable, courte.

Arrosage: Durant la période de végétation arroser copieusement (substrat extrêmement drainant). Stopper tout arrosage dès jaunissement du bout des feuilles. Reprendre l'arrosage après redémarrage spontané de la végétation (6-9 mois plus tard). A défaut de démarrage spontané, on peut proposer un arrosage léger en mars puis toutes les 4 semaines jusqu'à reprise de la végétation.

Mélange: Très très drainant avec 50% de sable et gravier.

Température: Climat frais mais il semble prudent de maintenir la plante au-dessus de 5°C. (Z 10)

Lumière: plein soleil.

Multiplication: séparation des bulbilles spontanées ou produites artificiellement par "cuttage". L'espèce est multipliée par culture cellulaire en Nouvelle-Zélande.

Semis: (Pl. Life 39:116) Le semis permet d'obtenir des plantes fleuries en 4 ans. Les graines peuvent être utilement mises 12 heures à tremper, surtout si elles ont quelques semaines déjà. Semer sur un substrat pour germination (par exemple moitié tourbe, moitié sable ou vermiculite) maintenu constamment humide et placé en un lieu chaud et lumineux. Le taux de germination est souvent faible. Repiquer délicatement les jeunes plantules dans des pots de 5 cm de substrat de culture. Arroser régulièrement mais suspendre les arrosages lorsque l'extrémité des feuilles jauni. Les jeunes plantes de cette espèce nécessitent le respect de leur période de repos dès la première année (sinon pourrissent). Attendre au minimum 4 mois au sec puis arroser légèrement une fois. Les plantes qui font des feuilles sont mises à part pour arrosages réguliers. Pour les autres répéter mensuellement cet arrosage léger destiné à induire et tester la reprise de la végétation. A trois feuilles transplanter (peu après la reprise de la végétation) en pot de 8 cm puis un an plus tard en pot de 10 cm où les plantes peuvent être laissées jusqu'à la première floraison.

Fournisseurs (+)

South hemisphere: inverted seasons.

Bibliographie*